Que se passe-t-il après ?

Cela fait la 3ième fois que je reprends ce dernier post et que je change le nombre de mois sans parvenir à le poster. Mais cette fois-ci est la bonne !

Un emménagement (et pas des moindres !) et un peu de vacances (bien méritées !), une rentrée sur les chapeaux de roues ( ça, ça vient d’être ajouté) plus tard, me revoilà pour vous parler de l’ “après jeûne”.

Comme je vous l’ai déjà dit, il n’est pas question de se jeter sur tous les aliments sur lesquels nous avons fantasmé lors du jeûne dès la fin de celui-ci. La reprise alimentaire doit être progressive pour plusieurs raisons :

  • l’intestin, totalement privé de nourriture pendant une semaine, doit se remettre en route en douceur;
  • cela permet aussi de prolonger l’énergie du jeûne et d’en tirer plus longtemps les bénéfices.

C’est un moment très critique et souvent plus compliqué à respecter que la descente alimentaire, surtout si quand à votre retour vous avez des la visites ou des invitations qui se sont programmées !

J’avoue que, pour ma part, j’appréhendais beaucoup mon retour.

En quoi consiste la reprise ou remontée alimentaire ? Et bien exactement comme la descente mais à l’envers :

  • Pendant 2 jours consommation exclusive de fruits et légumes sans matière grasse ( vinaigre et citron sont autorisés );
  • le 3ième jour, introduction des légumes secs et des oléagineux ( dont les huiles);
  • le 4ième jour, introduction des céréales;
  • le 6ième jours, introduction des protéines animales;
  • les toxiques comme le thé, le café et l’alcool sont introduits en dernier.

A mon retour, un déménagement, de la famille à la maison venue en renfort et un anniversaire m’attendait. D’où mon appréhension… Mon entourage était au courant de ma semaine de jeûne et pour me simplifier les choses, j’ai apporté ma salade composée sans assaisonnement. Je ne vais pas vous mentir, il est clairement frustrant de voir les autres manger du jambon persillé et boire du crémant quand on est cantonné au radis et aux tomates cerises… je me suis fait quand même une citronnade pour améliorer mon apéritif.

Et puis, j’ai beau aimer les légumes, sans assaisonnement et surtout sans le moelleux de l’huile, ce n’est pas du tout la même chose.

Comme je l’ai dit dans un précédent article (  JEÛNE : de J5 à J7), le 7ième jour nous étions tous en pleine forme et nous aurions pu prolonger le jeûne sans difficulté. Lors de la remontée alimentaire, là encore, le problème n’est pas la faim mais l’envie de retrouver le plaisir de la table. Clairement j’ai eu du mal à trouver du plaisir à manger ces légumes “sans rien” et je mangeais vraiment pour manger et pour relancer l’appareil digestif.

Au final la remontée alimentaire s’est plutôt bien déroulée et la motivation à prolonger les bénéfices de ce que l’on peut appeler “une expérience” a suffit à me maintenir dans les clous.

Cela fait maintenant un deux trois mois que je suis revenue de cette semaine. La reprise de l’alimentation “normale”, avec alcool et protéines animales, plombe quand même l’énergie, malgré ma vigilance à composer des repas sains et à limiter les quantités. Côté poids, 3, 2 aucun kilos repris sur les 6 perdus. Il est normal de reprendre un peu de poids après un jeûne car le corps re-stocke de l’eau et il faut tenir compte du poids des selles. Malgré une reprise initiale de 3 kilos, je flottais toujours dans les shorts qui me serraient auparavant. Comme si mon corps s’était “réparti” différemment. Entre temps j’ai reperdu ces 3 kilos, sans vraiment pouvoir l’expliquer du point de vue de mon alimentation, ce qui me ramène à mon poids d’après jeûne. Finalement, je vais vraiment l’essayer cette robe de marié, juste pour voir…

Certaines personnes disent que le jeûne a modifié leur façon de manger et qu’elles n’avaient plus envie de manger certains aliments, comme les aliments transformés et/ou sucrés. Pour ma part, mon alimentation, déjà saine avant mon jeûne, n’a pas vraiment changé et mes envies et mes goûts sont restés les mêmes, junk food comprise.

Par contre une semaine de jeûne est l’occasion de prendre des bonnes résolutions.

J’ai décidé d’appliquer chaque semaine le 421 :

  • 4 jours d’alimentation quotidienne équilibrée
  • 2 jours de week-end ( je ne vais pas vous faire un dessin)
  • 1 jour de jeûne.

Le jour de jeûne pouvant varier en fonction de mon emploi du temps. Il est important que cela soit simple dans la mise en oeuvre.

Au final, j’ai pu tenir cette résolution partiellement en faisant l’impasse sur un ou deux repas (et pas nécessairement en jeûnant 24 heures, pour moi, du dîner au dîner)  sur un jour, parfois deux dans la semaine. Par contre, je le fais plus souvent qu’avant.

Autre résolution que j’espère tenir, faire un jeûne d’une semaine une fois par an tout en continuant de jeûner au moins un jour par semaine.

Pour conclure, ce jeûne long fût une expérience très positive, qui a finit de me convaincre des bienfaits que chacun peut en tirer.

Le jeûne m’ouvre également des perspectives thérapeutiques pour certains patients avec lesquelles je me retrouve dans une impasse (même si cela n’arrive pas très souvent (-)).

Si vous voulez revoir l’ensemble de mes articles sur mon expérience de jeûne prolongé, c’est par ici.

Si vous avez des remarques ou des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaires.